Chaussez vos Runnings !
 [Flaneur - Connexion]
Sujets
vendredi 12 août 2022
 Bloc connec

Nom d'utilisateur :


Mot de passe :
 Ephémérides
En ce jour...
1812
Le premier chemin de fer à crémaillère du monde est mis en service en Grande-Bretagne.
1982
Mort de l'acteur américain Henri Fonda.
2020
Ste Clarisse
 Activité du Site

Pages vues depuis 31/07/2006 : 45 207 107

  • Nb. de Membres : 1 543
  • Nb. d'Articles : 431
  • Nb. de Forums : 79
  • Nb. de Sujets : 21
  • Nb. de Critiques : 6

Top 10  Statistiques

42 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
| Des Questions? La FAQ | Des Questions? Le Glossaire | Des Questions? Les Forums | Des Questions? Astuce du jour | Tableau des records | Records à l'entraînement



Sagesse arabe : Ce qui est passé a fui ; ce que tu espères est absent ; mais le présent est à toi.
Trail de Pignan (34) : Par monts et par vaux
Posté par webmaster, le Jeudi 17 février 2011 @ 19:43:50

(Lu 3900 fois)
Rechercher dans Tribune des Membres PCAP... Racontez... Publiez vos articles...
Pierrot34 écrit

"

0,66 g de glycémie (au lieu de 1,20 - je réduis donc l’insuline du matin) au lever à 6 h 30 du matin et une toux sèche tenace toute la nuit : ce n’était pas l’idéal ce 6 février pour affronter la première course de la saison, le Trail du Coulazou de 15 km (pour le 26 et 42, merci !!!). De plus, en partant à 8 h, il a fallu gratter les vitres de la voiture, givrées à souhait ! En arrivant à Pignan, j’ai même regretté de ne pas avoir pris de gants légers. Mais le soleil était quand même là, rutilant, avant les courses (le 42 km étant lui parti aux aurores).

 




Des voitures, des voitures et des voitures partout ! C’est du sérieux pour tous ceux qui reprenaient, comme moi ! Un pré derrière la cave de Pignan, recouvert de bouses de vaches. Du porte-bonheur, mais les distributeurs de plaquettes de courses, très affairés, n’en ont pas raté certaines !

Aux engagements dans le vaste parc du château, la queue. Logique et normal. Mais les pré-inscriptions et l’affichage des noms et dossards  diminuait l’attente. Même les certificats affichés non-validés sur le net, l’étaient. Alors l’attente n’est pas longue.

Retour à la voiture, pour la mise en tenue, avec pour la première fois, une paire de « manchons de compression » pour les mollets. A l’entraînement (3 fois par semaine pendant les 2 semaines précédentes, j’ai cru sentir quelques avantages, c’est-à-dire des mollets moins douloureux en rentrant. Le petit bandeau « Sport Diabète » sur le dossard (on ne sait jamais), la banane avec l’appareil photo et pour la première fois, une rondelle de pain avec du Nutella ( !) et voilà une première qui s’ébauche. D’abord avec tous ceux qui tournent dans le parc, au soleil, pour l’échauffement, puis sur la ligne de départ pour le 26 km qui démarre à 9 h 15 et l’interview par Claude Razon, de Marion Lorblanchet, « la vedette du jour », 3e au championnat du monde. J’entends dire que « c’est sa sœur », c’est-à-dire de l’un de nos maîtres Français du Trail, Thomas Lorblanchet. De toute façon, elle a sûrement un lien de parenté !


Après, j’ai la chance parmi cette foule de croiser l’ami Christophe, un frontignanais qui fait son premier trail, et que je prends en photo. 9 h 15, c’est le départ du 26 km. Enfin, 9 h 30, c’est nous, le 15 km du Coulazou ! Je passe devant pour une petite photo -incertaine- du groupe. Tiens, Dominique, le président de St Jean-de-Védas, toujours aussi avenant. Et nous voilà partis sur au moins deux kilomètres de bitume pour sortir du village. C’est là que je me vois remonté par des dizaines et des dizaines de coureurs, qui me semblent partis pour un 10 km route. Puis voilà la garrigue. Chemin de terre. Et à partir de là, nous n’en finirons pas de monter, de descendre, de passer sur des monotraces tellement étroits que l’on se retrouve par deux fois bloqués, au point de rester là, pendant quelques minutes, à discuter, en attendant que ça avance devant ! Après ça va se compliquer. Le parcours se durcit. En brusques montées de buttes ou côtes plus longues et en descentes tout aussi hasardeuses. Et nous voilà dans une sorte de gorge de pierres infernales où il faut bien regarder où l’on met les pieds. Je suis un petit groupe d’une dizaine de coureurs, dont 4 filles en rouge, devant, qui nous crient soudain : « Avez-vous vu des traces ? » Et voilà, dans cet enfer de pierres, nous sommes sans doute passés au large d’une bifurcation sans voir la moindre indication ! C’était fatal ! Cela devait bien arriver ! On temporise. On demande un téléphone. Puis dans le doute, nous rebroussons chemin. On a bien fait un bon km de plus -dans ce chaos de pierres !- avant de retrouver le chemin balisé, une montée, bien sûr !

Sur les hauteurs, ça s’éclaircit. On sent la civilisation proche ! Un ravito bienvenu est là. Et sympa, car « on ne joue pas la gagne, en arrachant tout au passage » comme nous le disent les bénévoles. On discute tranquillement, en buvant et mangeant et j’ose la question : « encore combien de kilomètres ? ». Quatre, nous dit-on. Ce seront les plus longs, bien que plats ou descendants sur chemins de terre et de vignes. Je ne finis pas éprouvé car je peux vaquer au ravitaillement sans l’aide de personne. Ma noisette de Nutella a sûrement fait de l’effet ! Je ne crains rien pour ma glycémie. Je retrouve Christophe, heureux de son 1 h 36 pour son premier trail. Moi, je pense que sans l’erreur de parcours, j’aurais frisé les 2 h, alors qu’il n’y en a que… quatre derrière moi au classement. 2 h 15, ça craint, effectivement, même pour un début de saison. Les mollets, ça va, grâce aux manchons ? Par contre, les cuisses, ouh là là !!!!


Il me faut rentrer. J’ai à faire l’après-midi. Je ne verrai même pas le fameux buffet campagnard, paraît-il au programme d’après course. 2,34 g de glycémie après la douche. Effectivement, il n’y avait pas le feu ! Par contre, c’est la gorge qui est en feu et je confirme depuis dimanche avec cette toux tenace et ce rhume avec lequel j’ai dû courir aussi. Relativisons donc.

(J'avais des photos, mais décidément, je ne trouverai jamais le moyen de les insérer ! Désolé)




"
Loumiss
1612     
 
 

Loumiss
  Posté : 17-02-2011 20:50

Bravo Pierrot pour cette reprise

  Profil
francinedefi
15344      
 
 

francinedefi
  Posté : 17-02-2011 22:21

Bravo Pierrot pour ta course
Toujours le plaisir de lire tes récits
Encore Bravo


Un marathon en 3h45"30 Sénart 2012
10 km en 44'10 - 15 km en 1h11 - 21 km en 1h41"06 en 2012 - 24heures 151,38 kms
Le trail du Morbihan 177km en 33H15- 2012 - l'éco-trail de Paris 80 km en 9h36 en 2012
http://francine1963.skyro

  Profil  www
soleia
47528       
 
 

soleia
  Posté : 17-02-2011 23:52

Je suis bien contente de te relire, nous n'avions plus de nouvelles de toi depuis plusieurs mois !!!

Ton nutella, tu l'as transporté en dosette individuelle ?

Vivement ton prochain récit et merci de nous avoir offert ce nouveau récit

  Profil
Pierrot34
30   
 
 

Pierrot34
  Posté : 18-02-2011 20:27

Bonjour bonsoir à toutes et tous. Oui, je sais, je suis passé par une période de doute quant à la poursuite de la CAP.On sait très bien expliquer pourquoi on la commence la CAP mais c'est plus difficile de dire pourquoi et comment il faut arrêter. L'âge, la maladie, la motivation, les à-côtés privés...tout cela s'ajoute en hiver et l'on se dit bof....Et puis le soleil se remet à briller, on se relance des défis, on en fait une première,qui en engage d'autres et c'est reparti. Pour combien de temps? On verra. Vous les jeunes, n'attendez pas ces moments-là. Vivez vos désirs de plénitude sportive à fond, parce que oui, ils arrivent ces moments, plus tard, où l'on commence à tergiverser. Mais il y a aussi ce site avec celles et ceux qui nous donnent envie de poursuivre. Vous êtes les seuls à envoyer de telles envies de nous remettre dans le peloton. Je m'en voudrais de vous quitter. J'ai eu une faiblesse cet hiver, oui, mais figurez-vous que j'ai mis au programme les Pyramides de la Grande Motte, le 5-6 mars (5 ou 10km), le 10km de St Médard en Jalles le 13 mars-chez mon fils qui habite là-bas maintenant, au moins les deux trails de Bouzigues et des Sangliers, au pied de ma porte et le "sommet" le 31 juillet, le semi-marathon du Mont Ventoux!. Sans PCaP, je n'en ferais aucune. Vous êtes ma deuxième raison de courir cette année, après....le diabète!

  Profil
soleia
47528       
 
 

soleia
  Posté : 18-02-2011 22:03

Pierrot, moi j'espère encore et encore en lire tellement de tes récits !

Et c'est décidé, je vais confronter ton planning au mien pour les faire coïncider !!!

Je ne connais pas beaucoup le Sud-Ouest alors... je vais réparer ça cette année

  Profil
Aller à la page : [ 1 | 2 ]
Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.


..: Article : Précédent | Suivant :..


HTML généré en: 0.2939 seconde(s)